POURQUOI LES BIOTECHS NASH COMMUNIQUENT DE PLUS EN PLUS SUR LE DIABETE ?

coffee-924948 1920


Lors des dernières communications de l’AASDL certains s’étonnent du nombre d‘études faisant référence à des sous populations de diabétiques.

Cela n’est pas un hasard mais une simple raison de stratégie.

Plus les médicaments s’approchent de l’accès au marché plus il devient évident que le facteur limitant de ce marché sera l’identification des patients à traiter.

Tous conviennent qu’il n’est pas envisageable de pratiquer du diagnostique par ponction hépatique à grande échelle, tant pour des raisons de manque de spécialistes que pour des raisons économiques. Il faut donc rapidement valider une technique de diagnostic non invasive suffisamment fiable comme alternative  à la biopsie.

C’est pourquoi les dernières données publiées par GENFIT sur son test NIS4 sont importantes. Ils ont commencé à diffuser et vendre ces tests pour qu’ils soient utilisés comme méthode de pré diagnostique dans les études cliniques d’autres laboratoires et il y à déjà plusieurs laboratoires qui vont utiliser le test NIS4 lors du screening de leurs études cliniques pour limiter le nombre de biopsies de contrôle.

Certains se sont inquiété de voir que la dernière étude publiée sur le NIS4 était limitée a une population de patients diabétique et en déduisent un peu rapidement que le tests ne serait pas valide pour le reste des patients NASH.

Et bien non, cela n’est pas la raison de toutes ces études ciblant spécifiquement les populations diabétiques.

 

Trouver les patients NASH rapidement

La vraie raison est que l’identification des patients NASH sera bien plus rapide chez les patients diabétiques que pour les autres et que le besoin de rentrer du cash rapidement après des dizaines d’années d’étude est un objectif prioritaire pour les laboratoires dans l’attente que le marché global de la NASH se mette en place.

La prévalence de patients diabétique aux USA est, selon une étude de 2015, de 9,4% de la population. Sur cette population US , on considère que 75% sont diagnostiqués (en France ce taux est estimé a 79%).

Cela fait 23 millions de patients US identifiés, suivis annuellement par leurs médecins et faciles à adresser.

Or la prévalence de la NASH chez les patients ayant un diabète de type 2 est estimé à environ 30% selon les études. Cela justifie largement que les patients diabétiques soient testés pour la NASH en priorité.

Cela a bien évidement un impact immédiat sur le nombre de tests à pratiquer, si 50% des patients diabétiques US se voient prescrire un test sérologique NASH, cela fait pratiquement 11 millions de tests qui peuvent être vendus rien qu’au USA très rapidement dès sa mise sur le marché.  

Il y aurait même une logique à étendre ces tests aux patients pré diabétique

En ce qui concerne les traitements, les laboratoires ont fait une analyse similaire ! 

Sachant que les premiers patients diagnostiqués seront très majoritairement les patients diabétiques pour les raisons vues précédemment, il convient de démontrer au plus vite une efficacité sur cette population afin que les traitements soient prescrits rapidement. C’est donc l’objet de toutes ces études publiées sur des sous populations diabétiques de patients NASH.

Ils savent que le reste de la population NASH sera plus longue à identifier et prendra le relai au fur et à mesure de la maturation du marché NASH.

 

Les laboratoires ciblant la NASH qui ressentent le besoin d’un retour rapide sur investissement savent donc très bien ce qu’ils font en insistants sur la population diabétique.

 

Gery Divry


 Notez que je ne suis ni médecin, ni biologiste,  ni analyste financier, mon point de vue n’est que celui d’un amateur éclairé, il faut donc le prendre pour ce qu’il est, un point de vue discutable

 


WWW.NASHBIOTECHS.COM  -  Copyright G DIVRY 2015-2016  - Contact and TERMS OF USE